Notre Histoire
Notre Vie
Une Tradition à partager suite
Il est vivant le Seigneur devant qui je me tiens !
1R 17,1 ; 18,15  -  Élie, IXe siècle av. J.C.

! Positionner la souris sur les images pour en savoir plus !
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face
Thérèse de Lisieux - Thérèse de l'Enfant Jésus
Oui mon Bien-Aimé, voilà comment se consumera ma vie... Je n'ai d'autre moyen de te prouver mon amour, que de jeter des fleurs, c'est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, aucun regard, aucune parole, de profiter de toutes les plus petites choses et de les faire par amour...
Je veux souffrir par amour et même jouir par amour, ainsi je jetterai des fleurs devant ton trône ; je n'en rencontrerai pas une sans l'effeuiller pour toi... 
Manuscrit B

Blessons Jésus, par notre œil et par un seul cheveu, (Cant des Cant.) c'est-à-dire par la plus grande chose et par la plus petite.
Ne lui refusons pas le moindre sacrifice. Tout est si grand en religion... ramasser une épingle par amour peut convertir une âme. Quel mystère !... Ah ! c'est Jésus qui peut seul donner un tel prix à nos actions, aimons-le donc de toutes nos forces... 
Lettre à Léonie

Sainte Élisabeth de la Trinité
Elisabeth de la Trinité
Oh, vois-tu, tout est délicieux au Carmel, on trouve le bon Dieu à la lessive comme à l'oraison. Il n'y a que Lui partout. On le vit, on le respire. Si vous saviez comme je suis heureuse, mon horizon grandit chaque jour. 
Lettre 89 

Tout en étant Marthe, on peut rester comme Madeleine toujours auprès du Maître, le contemplant dans un regard tout amoureux. Et c'est là notre vie au Carmel car, quoique 
la prière soit notre principale et même notre unique occupation, car la prière d'une carmélite ne cesse jamais, nous avons aussi des ouvrages, des actes extérieurs.
Je voudrais que vous me voyiez à la lessive, toute retroussée et barbotant dans l'eau. Vous doutez de mon savoir en cette matière, et vous avez bien raison, mais avec Jésus on se met à tout...  
Lettre 108

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix
Edith Stein - Thérèse-Benedicte de la Croix
Dans ces conditions habituelles d'existence, il n'y a pour la carmélite aucune autre possibilité de rendre à Dieu amour pour amour qu'en remplissant fidèlement ses devoirs quotidiens jusque dans le moindre détail; en offrant joyeusement, jour après jour, année après année, tous les petits sacrifices qu'exige d'un esprit plein de vie une organisation minutieuse de la journée et de la vie; en remportant avec le sourire de la charité toutes les victoires sur soi que nécessite en permanence l'étroite vie commune avec des personnes de caractères différents; en ne laissant passer aucune occasion de servir les autres par amour. Il s'y ajoute enfin les sacrifices que le Seigneur peut imposer à chaque âme individuelle.
C'est la "petite voie", un bouquet de petites fleurs à peine écloses et passant inaperçues, un bouquet déposé chaque jour devant le Saint des Saints - peut-être le silencieux martyre d'une vie entière dont nul ne soupçonne rien - source de joie profonde et d'allégresse intérieure en même temps que puits de grâce jaillissant sur la terre - nous ne savons où, et ceux qu'elle touche ignorent d'où elle vient.  
L'histoire et l'esprit du Carmel
Sainte Mariam de Jésus Crucifié
Mariam de Jésus crucifié
Fille de la Galilée, Mariam, « la petite arabe », emploie souvent un langage poétique et imagé:
La foi, c’est comme un voile de mousseline à travers lequel nous pressentons la présence du Bien-aimé et nous entendons sa voix.

Je ne puis me contenir: j’ai une paix, une joie si grandes !... Mon cœur et tout en moi se fond comme l’huile la plus claire, qui s’écoule doucement en moi. Je sens que toutes les créatures, les arbres, les fleurs, sont à Dieu et aussi à moi. Je n’ai plus de volonté, elle est unie à Dieu, et tout ce qui est à Dieu est à moi.
Mère, tout le monde dort. Et Dieu, si rempli de bonté, si grand, si digne de louanges, on l’oublie ! Personne ne pense à lui !... Vois, la nature le loue ; le ciel, les étoiles, les arbres, les herbes, tout le loue ; et l’homme, qui connaît ses bienfaits, qui devrait le louer, il dort !
Allons, allons réveiller l’univers.
A une époque où on en parlait peu, Mariam encourage vivement la dévotion à l’Esprit-Saint:
Ce matin, il me semblait que mon cœur était comme du fer. Je ne pouvais pas penser à Dieu. J’ai invoqué le Saint-Esprit et j’ai dit:

C’est vous qui nous faites connaître Jésus. Les apôtres sont restés longtemps avec lui sans le comprendre. Vous me le ferez comprendre aussi.
Venez, ma consolation ; venez, ma joie ; venez, ma paix, ma force, ma lumière. Venez, éclairez-moi pour trouver la source où je dois me désaltérer. Une goutte de vous me suffit pour me montrer Jésus tel qu’il est.
Jésus a dit que vous viendriez aux ignorants ; je suis la première des ignorantes. Je ne vous demande ni d’autre science ni d’autre sagesse que la science de trouver Jésus et la sagesse de le conserver.