Groupe Ste Élisabeth
L'ORAISON
Documentaire KTO 2009
UNE RENCONTRE...
Dieu Trinité habite au plus intime de l’être humain. Partir à la rencontre de cette Présence, aimante et unifiante, est la vocation première de l’homme. L’oraison est ce chemin qui s’ouvre dans mon cœur pour me rendre attentif à ce Dieu présent, aimant, qui m’attend.
• L'oraison mentale n’est rien d’autre, à mon avis, qu’un échange d’amitié où l’on s’entretient souvent et intimement avec Celui dont nous savons qu’Il nous aime. (Thérèse d’Avila - Vie 8, 5)
LIEU DE MA CONVERSION...
Mettre le Seigneur en premier, il me précède : le laisser mener la rencontre, me laisser décentrer pour être attentif au tout Autre, pour m’ouvrir à l’autre.
• Ne craignez pas de dire à Jésus que vous l’aimez, même sans le sentir. C’est le moyen de forcer Jésus à vous secourir, à vous porter comme un petit enfant trop faible pour marcher. (Thérèse de Lisieux - Lettre 241)

Le regarder,
• Il ne nous demande qu’une seule chose, le regarder. (Chemin 26, 3)

 Lui tenir compagnie et lui ouvrir mon cœur Lui qui ne nous quitte pas des yeux:
• Mon mode d'oraison était de tâcher de me représenter le Christ en moi ; et je me trouvais mieux, ce me semble, de le rejoindre là où je le voyais le plus solitaire... en particulier... au jardin des Oliviers; c’est là que je lui tenais compagnie. (Vie 9, 3)

L’aimer
• Pour beaucoup avancer sur ce chemin... il ne s’agit pas de beaucoup penser mais de beaucoup aimer ; donc tout ce qui vous incitera à aimer davantage, faites-le. (Thérèse d’A. Le Château intérieur, 4D 1, 7)

QUI UNIFIE MA VIE.
 L’oraison imprègne toute ma vie, l’unifie. Je deviens davantage présent à moi et à Dieu et aux autres.
• Quand l'obéissance vous occupera aux choses extérieures, ne vous en affligez pas. Et si c'est à la cuisine qu'elle vous emploie, comprenez bien que Notre Seigneur est là, au milieu des marmites, qui vous aide et à l'intérieur et à l'extérieur. (Thérèse d’Avila - Fondations 5, 8)

Thérèse de Jésus a expérimenté que l’oraison créait un lien d’amour si fort et si précieux, qu’elle voudrait y appeler tout le monde :
• Quant à ceux qui n’ont pas encore commencé, pour l’amour du Seigneur je les conjure de ne pas se priver d'un si grand bien. (Vie 8, 5)